DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Londres : L'exposition De Russie n'a pas fini de faire polémique

Vous lisez:

Londres : L'exposition De Russie n'a pas fini de faire polémique

Taille du texte Aa Aa

Des toiles de Matisse, Van Gogh ou Chagall seront présentées au public de la Royal Academy dès samedi. Pour cela Londres a accordé l’immunité judiciaire aux oeuvres prêtées pour l‘évènement. Moscou craignait que les héritiers des collectionneurs à qui appartenaient les prestigieuses toiles, avant l‘ère soviétique, ne cherchent à les récupérer.

Selon le directeur des expositions de la Royal Academy, Norman Rosenthal, “beaucoup d’interprétations politiques ont été données, mais en réalité c‘était un simple problème légal que les Russes ont soulevé concernant cette exposition. Ils ont eu des problèmes en Suisse, en Italie et en France ces dernières années. Ils ne voulaient pas que cela se reproduise. Ils ne voulaient pas que ces toiles soient réclamées”.

Les relations diplomatiques tendues entre les deux pays n’auraient donc aucun lien avec les difficultés qu’ont rencontré les responsables de l’exposition. En revanche le descendant du collectionneur russe Morozoff estime que la Russie soviétique a volé son aïeul. “Nous voulons juste obtenir une compensation pour l’exposition de ces oeuvres, leur demander de l’argent pour cela”, dit-il.

Les décrets de Lénine ont nationalisé les oeuvres de deux collectionneurs russes, Chtchoukine et Morozoff, en 1918 et 1919. Un simple fait historique selon la Royal Academy. “Le plus grand hold up de l’Histoire” selon leurs héritiers.