DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Quel avenir pour l'Italie après la chute de la coalition Prodi ?

Vous lisez:

Quel avenir pour l'Italie après la chute de la coalition Prodi ?

Taille du texte Aa Aa

Le chef du gouvernement italien a remis ce jeudi sa démission au président de la République. Ce dernier entame aujourd’hui des consultations afin de créer un gouvernement de transition pour réformer le système électoral. Un système chaotique : Rome a connu 61 gouvernements depuis l’après-guerre. S’il échoue, le chef de l’Etat devra dissoudre l’Assemblée et convoquer des élections anticipées. Une solution privilégiée pas le chef de l’opposition de droite, Silvio Berlusconi.

Membre de la majorité, la chef de file du parti démocrate au Sénat n’est pas de cet avis. Selon Anna Finocchiaro “En retournant aux urnes maintenant, avec le système électoral actuel, on risque de se retrouver face à la même instabilité et au même manque d’efficacité politique”.

En cas d‘élections anticipées, les sondages donnent le camp de Silvio Berlusconi gagnant. La coalition de Romano Prodi n’aura survécu que 20 mois. Après la défection d’un petit parti catholique, l’Udeur, le chef du gouvernement a perdu le vote de confiance du Sénat. L’opposition n’a pas hésité a sablé le champagne pour l’occasion, malgré les rappels à l’ordre du président de la chambre haute.

Seul un Sénateur de l’Udeur, Nuccio Cusumano, a soutenu Prodi, ce qui lui a valu les insultes de ses collègues. Un élu lui a même craché dessus, avant d‘être poussé vers la sortie. Cusumano, bien seul, a fait un malaise.