DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un film anti-Coran du député d'extrême-droite Geert Wilders soulève l'inquiétude aux Pays-Bas

Vous lisez:

Un film anti-Coran du député d'extrême-droite Geert Wilders soulève l'inquiétude aux Pays-Bas

Taille du texte Aa Aa

Un film anti-Coran, voilà le dernier coup d‘éclat préparé par le député d’extrême-droite Geert Wilders. Le film qui n’a pas encore été diffusé soulève déjà un vent d’inquiétude et de polémique aux Pays-Bas. Au-delà, des actions sporadiques de militants de gauche, les autorités redoutent que le film d’une dizaine de minutes n’enflamme les esprits, gardant aussi à l’esprit l’affaire des caricatures danoises de Mahomet.

Wilders qui marche sur les traces du dirigeant populiste Pim Fortuyn, assassiné en 2002, est coutumier des déclarations fracassantes sur l’islam : “J’ai peur qu’une vague d’islamisation submerge l’Europe et les Pays-Bas, l’islam est une religion violente et le Coran est un livre violent, nous devrions arrêter d’inviter toujours plus de musulmans aux Pays-Bas”.

Wilders prévoit de diffuser son film ses prochains jours, on ignore par quel canal, télévision ou internet. Quant au contenu il parlerait du Coran comme un livre “affreux et fasciste”. Au Parlement, il a il y a quelques mois demandé l’interdiction du Coran, le comparant à Mein Kampf.

Le gouvernement néerlandais a tenu des réunions de crise et rappelé “la tradition du respect” dans ce pays qui compte 850 000 musulmans. Les représentants de l’islam modéré se mobilisent également. Le président de l’association des marocains aux Pays-Bas a appelé au calme : “Nous voulons dire clairement que les Pays-Bas ne sont pas le pays d’un seul homme, Wilders mais aussi celui des musulmans qui vivent ici. Et quelque chose qui blesse les Pays-Bas, nous blesse nous aussi”.

Le parti pour la liberté de Wilders a recueilli près de 6% des voix aux législatives de 2006. Le leader populiste surfe sur la vague anti-immigration à l’encontre de la tradition de tolérance du pays.

“Je ne pense pas qu’il soit très sage de la part de Wilders d’essayer de provoquer une discussion de cette manière”, explique cet homme. “C’est toujours très bien d’avoir la liberté de s’exprimer mais certains doivent aussi faire faire attention dans leur façon de faire”, déclare cette femme.

La protection policière dont bénéficie Wilders a été considérablement renforcée. Personne n’a oublié l’assassinat du réalisateur Theo Van Gogh, en novembre 2004 par un extrémiste marocain, suite au film “Submission”, consacré à la place de la femme dans l’islam. Un film bien moins agressif a priori que le pamphlet islamophobe à venir.