DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Au Kenya, les conflits ethniques remplacent les rancoeurs électorales

Vous lisez:

Au Kenya, les conflits ethniques remplacent les rancoeurs électorales

Taille du texte Aa Aa

La situation est si grave au Kenya, que pour la première fois, des hélicoptères ont tiré sur la foule pour la disperser. Ici à Naivasha, 600 Kikuyus armés de machette voulaient empêcher 300 membres de l’ethnie Luo de fuir la ville dans des camions de police.

Le pays s’embrase, les conflits ethniques et fonciers, en sommeil depuis l’indépendance en 1963, refont surface, prenant le pas sur les rancoeurs électorales. Naivasha dans la vallée du Rift est devenu l‘épicentre d’affrontements interethniques.

Et l’on craint une escalade, après la mort la nuit dernière d’un député de l’opposition. Raila Odinga le chef du mouvement démocratique orange est venu se recueillir dans la maison de Melitus Mugabe Were, premier parlementaire assassiné. Et c’est le président Kibaki que les opposants pointent du doigt : “Le gouvernement essaye de mettre la main sur les députés de l’opposition, il veut les tuer tous”, dit un militant.

Alors que près d’un millier de personnes sont mortes depuis le début de la crise il y a un mois, que les Kenyans continuent à piller, incendier, et massacrer, Kofi Annan tente une médiation. L’ancien secrétaire général de l’ONU rencontre cet après-midi le président Kibaki, et son rival Odinga, qui refuse sa défaite au scrutin du 27 décembre. Annan espère une solution dans 4 semaines.