DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

"Des élections anticipées le plus vite possible".

Vous lisez:

"Des élections anticipées le plus vite possible".

Taille du texte Aa Aa

Silvio Berlusconi a réaffirmé qu’il voulait aller aux urnes lors de son entretien ce matin avec Giorgio Napolitano. Le président italien conclut aujourd’hui ses consultations cruciales pour résoudre la crise politique après la chute jeudi dernier du gouvernement Prodi.

Silvio Berlusconi, dont la coalition de centre-droit est créditée de 10 à 12 points d’avance en cas d‘élections anticipées, s’oppose à toute idée d’un gouvernement transitoire. Il est soutenu par l’ensemble de la droite. Il Cavaliere estime qu’un gouvernement de transition ne parviendra pas à un accord sur la réforme de la loi électorale en raison des divisions de la gauche.

C’est pourtant le choix défendu par Walter Veltroni, le maire de Rome et leader du Parti démocrate qui a rencontré le président italien à la mi-journée.

“Nous avons proposé au président de la République de fixer la date des élections au printemps 2009 ou de faire la réforme de la loi électorale et de voter au mois de juin”.

Giorgio Napolitano devrait annoncer demain ou jeudi s’il choisit de dissoudre le Parlement et d’appeler à des élections anticipées, ou s’il opte pour un gouvernement de transition chargé de réformer la loi électorale, hypothèse privilégiée par la presse italienne.

Chef du gouvernement depuis 20 mois, Romano Prodi avait jeté l‘éponge jeudi dernier après avoir essuyé un vote de défiance au Sénat.