DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le 2 mars prochain, il sera aux commandes de la Russie.

Vous lisez:

Le 2 mars prochain, il sera aux commandes de la Russie.

Taille du texte Aa Aa

Le scrutin présidentiel apparaît en effet comme une pure formalité pour Dimitri Medvediev, le successeur désigné de Vladimir Poutine qui ne peut se représenter après deux mandats. La formalité est telle que Medvediev a refusé de débattre à la télévision avec ses trois adversaires comme Vladimir Poutine en 2000 et 2004. Medvediev en a informé la commission électorale. Une enquête l’a récemment crédité de 82% des voix.

En attendant, Medvediev plaide pour une protection juridique des citoyens les plus faibles afin que l‘état de droit soit préservé en Russie.

Actuel premier vice-premier ministre, Dimitri Medvediev aura face à lui trois autres candidats dont le chef du parti communiste Guennadi Ziouganov, le seul opposant au Kremlin : “Nous avons une chance d’aller au second tour. Nous devons offrir une alternative au peuple. Le pays et les électeurs veulent cette alternative”.

Mikhail Kassianov, l’ancien premier ministre devenu opposant à Poutine a lui été interdit de scrutin. La commission électorale a invoqué des irrégularités techniques et notamment des falsifications dans la liste de ses soutiens.

L’ultra-nationaliste Vladimir Jirinovski sera lui dans la course présidentielle.

Le dernier candidat à cette élection s’appelle Andreï Bogdanov. C’est un homme politique peu connu, proche du Kremlin et qui dirige un petit parti.