DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La guerre du Liban de 2006: coup dur pour Israël

Vous lisez:

La guerre du Liban de 2006: coup dur pour Israël

Taille du texte Aa Aa

Juillet 2006. Le premier ministre israélien Ehud Olmert décide de déclencher une offensive terrestre dans le sud du Liban. Objectif annoncé: la libération de deux soldats kidnappés par le Hezbollah.

Malgré une offensive de 34 jours, ces soldats ne sont pas retrouvés. Et la milice chiite libanaise est loin d‘être neutralisée. La guerre a coûté la vie à 1.200 Libanais, mais aussi à 163 Israéliens dont 119 soldats.

Un rapport préliminaire publié en avril 2007 rejette la responsabilité de cette déroute sur le gouvernement. Le ministre de la Défense, Amir Peretz démissionne. Le chef d‘état major, Dan Halutz, quitte également son poste. Ehud Olmert, en revanche, s’accroche au pouvoir.

Le rapport Winograd, rendu public aujourd’hui, porte en particulier sur les derniers jours de la guerre. Alors qu’une trêve est en négociation sous l‘égide de l’ONU, Ehud Olmert décide de déclencher une offensive terrestre dans le sud du Liban. Offensive qui a coûté la vie à 33 militaires israéliens.

Le soldat Tomer Bohadana a été blessé dans cette opération le 10 août 2006. Il clame sa colère aujourd’hui. “Il y a des responsables à cet échec et à notre avis, c’est notre Premier ministre qui n’ a pas su prendre les bonnes décisions pour son pays en guerre.”

Une opinion largement partagée chez les militaires. Les soldats très remontés reprochent à Ehud Olmert de ne pas avoir assez communiqué. Une image que cette visite dans une caserne hier, avec le ministre de la Défense Ehud Barak, ne suffira certainement pas à gommer.