DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'archevêque de Canterbury lance par ses propos un vaste débat dans la société britannique

Vous lisez:

L'archevêque de Canterbury lance par ses propos un vaste débat dans la société britannique

Taille du texte Aa Aa

Le chef de l’Eglise anglicane a jeté un pavé dans la marre avec ses déclarations sur l’adoption de certains aspects de la charia, la loi islamique, qu’il juge inévitable. A Manchester, dans les rues d’un quartier à forte composante immigrée, cette prise de position est plutôt bien accueillie :

“ Je pense que c’est bien vous savez. Je pense que c’est juste. Les britanniques en ont besoin. Parce que parfois les gens sont hors de contrôle, vous voyez ce que je veux dire. Ils ont besoin de cette loi appropriée. L’Islam fournit cela. “

“ Je pense que c’est une bonne idée vraiment, avec toute l’anarchie que l’on voit de nos jours, et la charia compte beaucoup. Vous faites une erreur une fois, alors vous êtes puni, et vous apprenez quelque chose de votre erreur.”

Mais aujourd’hui la presse est unanime à s‘étonner de cette prise de position, tandis que le gouvernement et l’opposition ont condamné d’une seule voix les propos de l’archevêque de Canterbury qu’ils estiment dangereux.

Pour Rowan Williams les musulmans britanniques devraient avoir le choix pour résoudre certains conflits entre le tribunal civil et le tribunal islamique :

“ Ce qui est très largement ressenti comme étant un défi grandissant dans notre société, c’est la présence de communautés qui tout en étant sous les mêmes lois que le reste de la population, relève aussi de quelque chose d’autre que le système légal britannique seul.”

1 million 600 000 musulmans vivent en Grande Bretagne, et la question de leur intégration s’est posée cruellement lors des attentats de Londres en 2005. Selon des études récentes 40% des jeunes musulmans réclament l’application de la charia en Grande Bretagne et 74% préfèrent que les femmes portent le voile. Mais tous n’ont pas le même avis, à l’image de Sayyeda Warsi, ministre de la cohésion sociale :

“ Rowan Williams semble suggérer que nous avons deux systèmes de lois existants côte à côte, en systèmes paralèlles, et que les gens ont le choix et peuvent opter pour l’un ou l’autre des systèmes, ce qui me semble innacceptable. En tant que citoyens britanniques et même si nous avons des différences de religions ou de races nous sommes tous sous le coup des mêmes lois, des lois britanniques, faites par le parlement britannique, et appliquées par les tribunaux britanniques.”

Les aspects de la charia évoqués par l’archevêque de Canterbury portent sur la question du divorce et des litiges financiers, mais pour beaucoup ce serait une porte ouverte vers le reste.