DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

De Hoop Scheffer: une défense européenne forte est compatible avec l'Alliance

Vous lisez:

De Hoop Scheffer: une défense européenne forte est compatible avec l'Alliance

Taille du texte Aa Aa

Jaap de Hoop Scheffer est le secrétaire général de l’Otan. Néerlandais, il croit en une identité européenne de défense forte, et complémentaire avec une Alliance atlantique affirmée. A la veille du sommet de Bucarest, il répond aux questions d’EuroNews, il évoque le dossier sensible de l’adhésion de l’Ukraine et de la Géorgie à l’Otan, et aussi le renforcement des troupes en Afghanistan.

EuroNews : Jaap de Hoop Scheffer, secrétaire général de l’Otan, bienvenue sur EuroNews. Avant tout, en matière de sécurité et de défense, l’occident existe-t-il encore?

Jaap de Hoop Scheffer : Bien, l’Occident, au sens culturel, coopère bien sûr de plus en plus, regardez la mission de l’Otan en Afghanistan par exemple… avec des nouveaux partenaires d’autres parties du monde, traditionnellement non occidentaux.

EuroNews : Mais vous avez mentionné l’Afghanistan, et en Afghanistan par exemple, il y a une grosse demande de la part des Etats-unis et de l’Otan pour envoyer plus de soldats, et beaucoup de pays eux essaient de ne pas augmenter leurs troupes là-bas.

Jaap de Hoop Scheffer : En tant que secrétaire général de l’Otan, je suis naturellement très favorable à ce que, concernant ces forces en Afghanistan, il y ait aussi peu de limites que possible quant à leur utilisation. Je pense qu’il y a encore trop de “caveats”, comme on dit dans notre jargon, des limites à l’emploi des forces. Si je regarde le niveau des forces, je ne suis pas encore totalement satisfait, mais je ne suis inquiet, parce que beaucoup de nations se sont engagées à faire des efforts, et je crois qu’ à Bucarest, il y aura la même chose.

EuroNews : Quels pays?

Jaap de Hoop Scheffer : Je ne peux pas entrer dans les détails, mais le président français a donné une indication très claire durant sa visite d’Etat à Londres sur la possibilité que la France augmente le nombre déjà considérable de ses soldats en Afghanistan, et je sais que d’autres nations veulent aussi augmenter leur contingent.

EuroNews : A propos de l‘élargissement de l’Otan à l’Ukraine et à la Géorgie, ces pays craignent que certains états membres, spécialement les états européens de l’ouest ne suivent les intérêts de la Russie, et essaient de stopper cet élargissement. Qu’en pensez-vous?

Jaap de Hoop Scheffer : Nous ne sommes pas en train de discuter de l’adhésion à l’Otan de l’Ukraine et de la Géorgie, nous discutons de leur entrée possible dans ce qu’on appelle le Plan d’Action pour l’Adhésion. Mais le principe d’ouvrir la porte de l’Otan est sacré, la porte de l’Otan est ouverte, y compris à l’Ukraine et à la Géorgie, si elles le souhaitent… C’est aux peuples et aux gouvernements de ces nations de décider ce qu’ils veulent faire, et la décision sur l‘élargissement sera prise par les 26 membres de l’Alliance.

EuroNews : Que pensez-vous des critiques russes?

Jaap de Hoop Scheffer : Bien, je ne partage pas cet esprit critique, je ne le partage pas par principe, parce que cela pourrait induire que ce ne sont pas les 26 alliés de l’Otan qui décident. Mais la perception de Moscou – les Russes sont nos partenaires, nous avons un partenariat très important avec la Russie, nous avons un Conseil Otan-Russie qui discute sur ces points – si c’est la perception de Moscou, nous devons en parler ouvertement. Mais chacun doit comprendre que la décision finale est prise à Bruxelles par les 26 nations, et nulle part ailleurs.

EuroNews : Mais le Kosovo, le bouclier anti-missile, l’Ukraine et la Géorgie sont autant d‘élèments qui ne facilitent pas les relations entre les membres de l’Otan, et la Russie, ne pensez-vous pas?

Jaap de Hoop Scheffer : Nous sommes adultes, et les relations entre l’Otan et la Russie sont des relations d’adultes, des relations importantes, parce que j’insiste, nous devons nous engager avec les Russes et les Russes doivent s’engager avec nous, avec l’Otan. Il n’y a qu’un mot qui compte, c’est engagement mutuel..

EuroNews : Comment?

Jaap de Hoop Scheffer : En abordant aussi les sujets les plus difficiles. Vous savez qu’on moment ou nous parlons, il y a une discussion bilatérale en cours entre les Américains et les Russes sur la défense anti- missile. Il y a aussi un débat dans le cadre de l’Otan sur la défense anti-missile, il y a des pourparlers, nous avons discuté plusieurs fois du Kosovo au sein du Conseil Otan-Russie, ici à Bruxelles, au niveau des ambassadeurs. Par conséquent, vous parlez avec chaque partie, vous essayez de comprendre les arguments de chacun, mais vous le faites en sachant que vous n’aurez pas un accord à la fin de la journée sur tout, et il n’y a pas de mal à cela. Je veux dire, la Russie a ses intérêts, nous avons nos intérêts, et la question, bien sûr, c’est de savoir comment combiner ces intérêts, comment éliminer les points de conflits, si nécessaire. Mais d’un autre coté, l’Otan est seul à décider sur la conduite de ses affaires.

EuroNews : Certains des membres occidentaux de l’Otan verraient plus d’intérêt à la création d’une sorte de zone tampon neutre, comprenant l’Ukraine, la Géorgie, et la Moldavie, entre l’Otan et la Russie… Que pensez-vous de cette idée?

Jaap de Hoop Scheffer: Nous n’en avons pas discuté, et je ne vois pas l’Otan discuter d’une zone tampon neutre. La guerre froide est terminée, et la vieille notion de neutralité naturellement est une notion qui avait toute sa pertinence pendant la guerre froide, mais beaucoup moins maintenant dès lors que nous avons un partenariat intense avec les Russes.

EuroNews : Pensez-vous qu’il soit possible d’avoir à la fois une défense européenne et l’Otan?

Jaap de Hoop Scheffer : Oui, je le pense. Je ne suis pas favorable à un pilier européen à l’intérieur de l’Otan. Mais une identité européenne de sécurité et de défense mature et une Alliance atlantique adulte – car l’Otan est devenue adulte en 60 ans, l’an prochain, l’Otan fêtera son 60e anniversaire – sont à mon avis complémentaires.

EuroNews : Pensez-vous qu’il soit important d’avoir ce rapprochement entre la France et le Royaume-Uni, dans la perspective d’avoir à la fois une structure de défense militaire européenne, et l’Otan?

Jaap de Hoop Scheffer : Oui, je pense, la France et le Royaume uni… Aussi le Royaume Uni, c’est bien sûr un acteur clé, le Royaume-Uni étant à la fois membre important de l’Otan, et membre de l’Union Européenne. Je le répète, il est très important que, si vous regardez vers Londres, vous regardiez aussi vers Paris, vers Berlin… Qu’ils trouvent des accords sur le concept, le concept de renforcer l’identité européenne de sécurité et de défense d’un coté, le concept de renforcer l’Otan de l’autre. Ne réinventons pas ce qui existe déjà dans l’Union européenne. La complémentarité, pas faire les choses en double, c’est le mot clé ici.