DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les principaux exportateurs de riz pensent à se structurer en cartel pour contrôler les cours

Vous lisez:

Les principaux exportateurs de riz pensent à se structurer en cartel pour contrôler les cours

Taille du texte Aa Aa

La flambée des prix du riz est une aubaine pour les exportateurs, pas pour les consommateurs. Et logiquement, les principaux pays exportateurs vont discuter de la formation d’un cartel sur le modèle de l’Opep, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole. La Thaïlande, premier des pays exportateurs de riz, en a fait la proposition à ses voisins : la Birmanie , le Cambodge, le Laos et le Vietnam. Ce dernier pays assure avec la Thaïlande la moitié des ventes de riz dans le monde.

Cette idée de cartel pour contrôler l’offre de riz et influencer les cours, est séduisante : le prix d’une tonne de riz de qualité a augmenté de 80% en 2007 et de 490% depuis 2004, passant de 200 à 990 dollars. Ce regroupement devrait s’appellerait l’OPER, l’Organisation des pays exportateur de riz, et sa première réunion est prévue pour bientôt.

“A mon avis, et pour pas mal de gens dans le commerce des grains, on ne va pas voir les prix revenir au niveau auquel ils se trouvaient avant. On voit plutôt une vraie hausse à cause de l’augmentation de la demande mondiale, de la population, affirme Alex Waugh; un expert du marché du riz. On a 80 millions de nouvelles bouches à nourrir chaque année ce qui est l‘équivalent d’un pays comme l’Allemagne. Une nouvelle Allemagne chaque année”.

Même si l’idée d’un cartel des pays exportateurs n’en est qu’au stade de la conception, elle est prise très au sérieux par les pays importateurs de riz : certains d’entre eux ont déposé auprès de l’OMC : l’Organisation mondiale du commerce une série de règles pour limiter les restrictions aux exportations de produits alimentaires en demandant que toute interdiction ou limitation soit notifiée auprès de l’OMC, le gendarme des échanges commerciaux.