DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Calme apparent à Beyrouth. La coalition au pouvoir dénonce un coup d'état

Vous lisez:

Calme apparent à Beyrouth. La coalition au pouvoir dénonce un coup d'état

Taille du texte Aa Aa

Les combats entre partisans du gouvernement et sympathisants chiites du Hezbollah ont cessé à la mi-journée ce vendredi. La capitale est quadrillée par l’armée qui se tient toutefois à l‘écart des acteurs de ce conflit qui aurait fait 13 morts et 20 blessés.

Le Hezbollah, après 48 heures d’affrontements, a pris le contrôle la partie ouest de la ville. Des hommes armés sillonnent les rues désertées par les habitants.

La coalition au pouvoir accuse ce vendredi le Hezbollah de faire un coup d’Etat armé visant à faire revenir la Syrie au Liban et à servir les intérêts de l’Iran.
Le leader sunnite Saad Hariri, le leader druzze Walid Joumblat, et le premier ministre Fouad Siniora sont sous protection de l’armée.
Le Hezbollah les menace indirectement. La chaine de télévision qui appartient à Saad Hariri a ainsi été contrainte de cesser d‘émettre. Ses locaux ont été incendiés.

Difficile aujourd’hui de quitter la ville. L’aéroport de Beyrouth est quasi paralysé, Et la plupart des routes d’accès sont coupées par le Hezbollah. L’opposition annonce que les blocages continueront jusqu‘à ce qu’une solution politique soit trouvée.

Plusieurs centaines de personnes se sont pressées toute la journée à la frontière syrienne pour fuir les violences.
L’Italie se dit prête à évacuer ses ressortissants désireux de quitter Beyrouth. Beaucoup d’autres pays européens ont fortement déconseillé à leurs concitoyens de se rendre au Liban.

Sur le plan diplomatique deux pays influents, l’Arabie Saoudite et l’Egypte ont proposé une réunion ministérielle d’urgence des pays arabes dans deux jours.