DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Italie: L'hommage à Aldo Moro

Vous lisez:

Italie: L'hommage à Aldo Moro

Taille du texte Aa Aa

L’Italie a rendu hommage à Aldo Moro, le leader de la Démocratie chrétienne assassiné il y a 30 ans par les Brigades rouges. Une cérémonie officielle a eu lieu dans la matinée Via Caetani, à l’endroit précis où le corps d’Aldo Moro a été retrouvé le 9 mai 1978.

Le groupe armé d’extrème gauche avait garé la voiture avec le cadavre de Moro, en plein centre de Rome, dans une rue à mi-chemin des sièges de la Démocratie chrétienne et du Parti communiste.
C’est la fin tragique de 55 jours de captivité pour Aldo Moro, enlevé en mars lors d’une embuscade dans laquelle ses cinq gardes du corps ont été tués.

Chef du conseil italien à cinq reprises, Aldo Moro appartenait à l’aile progressiste de la Démocratie chrétienne. En pleine guerre froide, il négocie le Compromis historique avec Enrico Berlinguer, le chef du PCI, qui prônait une alliance pour faire face à la crise que traversait à l‘époque l’Italie.
Cette position lui a coûté la vie affirme Ferdinando Imposimato, l’un des juges d’instruction de l’affaire Moro. Il accuse le ministre de l’Intérieur de l‘époque, Francesco Cossiga.
“Francesco Cossiga avait intéret à ce que Moro ne soit pas libéré dit-il, il avait intéret à ce que Moro soit éliminé par les Brigades Rouges parce qu’il était à l’origine du “Compromis Historique”, du dialogue entre catholiques et communistes, et Cossiga n’en voulait pas. Mais à mon avis, il y avait aussi des raisons personnelles, parce qu’il y avait une compétition pour accéder à la Présidence de la République.”

Beaucoup se demandent pourquoi l’Etat italien a refusé de négocier avec les Brigades pour obtenir sa libération. Sa fille, Maria Fida dément des négociations directes avec la famille. “Je ne dirais pas qu’il y avait des négociations directes. Je dirais qu’il y avait une série de négociations externes et internationales importantes, comme Caritas, l’ONU, que ma famille a sûrement soutenues, et qui ont toutes été arrêtées d’une façon violente par un pouvoir très fort.”

Trente ans après, beaucoup de zones d’ombre persistent sur cet évènement tragique. Mais depuis le 1er mai, une loi autorise l’accès aux documents classés au bout de 30ans. Elle pourrait contribuer à éclaircir les mystères de l’affaire Moro.