DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Une nouvelle crise politique couve en Belgique

Vous lisez:

Une nouvelle crise politique couve en Belgique

Taille du texte Aa Aa

120 jours de sursis avant une probable nouvelle crise politique majeure en Belgique.
Quelques heures après un vote flamand contre les droits linguistiques des francophones dans la périphérie de Bruxelles, une procédure dite de “conflit d’intéret” a été lancée. Une bouée temporaire pour le premier ministre flamand Yves Leterme qui n’a pas su tenir son camp.

“C’est un moment pénible pour le pays… Pour les relations entre les communautés, entre les grandes communautés de ce pays, mais bon, il faudra voir dans les jours qui viennent comment on surmonte ce moment et comment arriver à réunir de nouveau à une table de négociations chacun qui est prêt à solutionner ces dossiers…”

Tôt ce vendredi matin la quasi totalité des partis flamands, majoritaires à la chambre des représentants, ont voté pour un examen immédiat d’un projet de loi concernant l’arrondissement Bruxelles Hal Vilvoorde. Le texte prévoit une scission qui empêchera les francophones de voter pour des candidats de la même langue qui se présentent dans la capitale. Une possibilité offerte à eux depuis 1963. Le changement est innacceptable dit Elio Di Rupo, chef de file socialiste francophone :

“Voulons-nous continuer à vivre ensemble? J’espère que c’est oui, mais si c’est non, ayez l’honneté de dire ce que vous voulez…”

Bruxelles Hal Vilvoorde est une enclave en territoire flamand, dans la périphérie de Bruxelles. Ici vivent quelques 120 000 francophones. L’objectif des députés flamands est d’obtenir l’homogénéité linguistique de la Flandres.
Le premier ministre Yves Leterme et sa coalition sont affaibli par ce nouvel épisode. Le chef du gouvernement souhaitait qu’une solution à ce dossier soit négociée d’ici le 15 juillet. Les députés de son camp ne l’ont pas entendu de cette oreille.