DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Calme précaire à Beyrouth, nouveaux combats dans le nord du Liban et au sud-est de la capitale

Vous lisez:

Calme précaire à Beyrouth, nouveaux combats dans le nord du Liban et au sud-est de la capitale

Taille du texte Aa Aa

Le Liban reste livré aux tensions entre partisans et adversaires du gouvernement.
L’armée libanaise a pris position ce dimanche à travers le pays comme à Tripoli. Dans le même temps, de violents combats ont éclaté dans plusieurs zones à majorité druze au sud-est de Beyrouth.

Dans ce climat de violence, le premier ministre Fouad Siniora n’a pas hésité à condamner à sa façon, l’offensive des partisans du Hezbollah. “Ce que font ces combattants à Beyrouth, c’est ce qu’Israël n’a pas osé faire pendant la guerre à l‘été 2006,” dit-il en estimant qu’il s’agit d’attaques contre des civils innocents.

Après l’annonce du gel des récentes décisions du gouvernement contre le Hezbollah, les combattants du mouvement chiite se sont retirés de Beyrouth qui désormais pleurent ces morts. Les combats de ces derniers jours ont fait au moins une quarantaine de victimes à travers le pays.

Le ton reste virulent dans l’opposition pro-syrienne. L’ancien premier ministre Omar Karami appelle les Libanais à ne pas écouter les pays étrangers qui d’après lui, les utilisent pour leurs propres intérêts, faisant allusion aux Etats-Unis et à Israël.

Lors d’une réunion extraordinaire de la Ligue arabe au Caire, les ministres des affaires étrangères arabes ont appelé à la fin des violences. Absent de la réunion: le chef de la diplomatie syrienne dont le pays est accusé d‘être l’un des principaux responsables de l’impasse au Liban.