DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La tragédie humanitaire se poursuit en Birmanie

Vous lisez:

La tragédie humanitaire se poursuit en Birmanie

Taille du texte Aa Aa

Alors que l’aide arrive difficilement dans les régions touchées par le cyclone Nargis, certains rescapés se font soigner dans un hôpital à la frontière avec la Thaïlande où quelques centaines, tout au plus, sont pris en charge chaque jour, bien peu face à une catastrophe qui aurait fait 100.000 morts, plus de 28.000 d’après les autorités, et quelques deux millions de sinistrés.

Un médecin de l’hôpital accuse: “A Rangoun, comme dans de nombreuses villes de Birmanie, des moines bouddhistes prennent l’initiative de collecter de la nourriture, ils veulent la donner à ceux qui souffrent de la faim. Mais les militaires ne leur permettent pas de l’emporter et de la distribuer”, affirme-t-il.

Après avoir maintenu son référendum constitutionnel malgré la catastrophe, la junte militaire tente d’afficher sa maîtrise de la situation dans les journaux de la télévision d’Etat. Si elle refuse que les opérations de secours soient conduites par des étrangers, cela signifierait qu’il y a fraude d’après un opposant. “Dans le passé, nous avons eu beaucoup d’aide de la part des organisations humanitaires, explique-t-il. L’aide était stockée, elle n‘était pas distribuée publiquement, parce que les militaires n’ont pas l’expertise. Ce qu’ils ont, ce sont des officiels particulièrement corrompus qui abusent de leur pouvoir pour s’enrichir,” dénonce-t-il.

Depuis le passage du cyclone le 2 mai, l’aide s’achemine au compte-goutte avec l’arrivée de cargaisons d’aide internationale notamment de la Croix Rouge. L’ONU estime avoir déjà eu accès à 500.000 personnes touchées, il en reste un million et demi qui n’ont pas encore reçu d’aide.