DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Birmanie reste sourde aux pressions de la communauté internationale

Vous lisez:

La Birmanie reste sourde aux pressions de la communauté internationale

Taille du texte Aa Aa

Les appels de la communauté internationale pour accélérer l’arrivée de l’aide et faciliter sa distribution restent lettres mortes.
Si quelques avions ont pu atterrir ces derniers jours à Rangoun, la junte au pouvoir contrôle l’acheminement de leurs cargaisons. Elle s’oppose aussi à l’entrée en trop grand nombre des équipes étrangères de secours. Une lenteur inacceptable pour Ban Ki-moon, le secrétaire général de l’ONU qui exhorte le régime militaire à donner la priorité à la vie de ses compatriotes. L’ONU qui réclame l‘établissement d’un pont aérien ou maritime sous peine d’une deuxième catastrophe en Birmanie.

Onze jours après le passage du cyclone Nargis, les besoins restent immenses pour des survivants coupés du monde dans des zones du delta de l’Irrawaddy dans le sud-ouest du pays.
Jusqu’ici les opérations de secours n’ont permis de répondre qu‘à 10 à 20% des besoins en eau potable, vivres et matériels. “Nous n’atteignons pas assez vite les victimes” explique ce coordinateur des Nations unies. “Nous devons accélérer ce mouvement de manière urgente.”

Deux millions de Birmans ont été affectés par le cyclone et nécessitent une aide humanitaire. Le bilan officiel fait état de 62.000 morts et disparus. L’ONU parle de 100.000 morts et 220.000 disparus. Une réunion d’urgence des ministres européens en charge de l’humanitaire est prévue ce mardi à Bruxelles. Objectif: évaluer les besoins et accentuer la pression sur la junte au pouvoir.