DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les autorités birmanes pressées par la communauté internationale d'ouvrir plus largement ses frontières

Vous lisez:

Les autorités birmanes pressées par la communauté internationale d'ouvrir plus largement ses frontières

Taille du texte Aa Aa

La fenêtre entrebâillée par les autorités birmanes reste bient trop insuffisante pour faire face à la catastrophe provoquée par le passage du cyclone Nargis il y a dix jours. Les Etats-Unis et l’ONU pressent toujours la junte militaire au pouvoir au Myanmar d’agir vite. Le premier ministre Britannique gordon Brown s’est montré ferme hier : “Nous estimons qu‘à présent 2 millions de personnes sont menacées par la famine ou par les maladies, à cause du manque de coopération des autorités birmanes. Nous faisons tout ce que nous pouvons pour apporter aide et assistance. Il est tant pour les autorités birmanes de répondre à ce que tout le monde attend. Les yeux du monde sont posés sur la Birmanie.”

La situation humanitaire dans le pays fera l’objet aujourd’hui d’une réunion des ministres européens du développement à Bruxelles. Médecin sans Frontières est une des rares organisations à travailler sur place : “Le problème c’est que les équipes internationales rencontrent toujours des restrictions. A part quelques exceptions le gouvernement insiste pour que nous menions les opérations avec du personnel local.”

Deux avions américains remplis d’aide se poseront aujourd’hui après un premier vol hier.
Si le rythme d’arrivée des secours s’est accéléré depuis dimanche, les besoins des deux millions de survivants sont énormes. Le bilan provisoire de la catastrophe fait état de 32 000 morts et presque autant de disparus, et des diplomates parlent de plus de 100 000 tués.