DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Après un an au pouvoir, Gordon Brown est au plus bas dans les sondages et les difficultés s'accumulent

Vous lisez:

Après un an au pouvoir, Gordon Brown est au plus bas dans les sondages et les difficultés s'accumulent

Taille du texte Aa Aa

Il y a près d’un an le 27 juin 2007, Gordon Brown s’installait à Downing Street après une longue décennie de blairisme. Sans passer par les urnes, le chancelier de l‘échiquier-ministre des finances était investi comme premier ministre. Après un court état de grâce, Gordon Brown est depuis en chute libre dans les sondages. Un plongeon vertigineux symbolisé par la défaite historique du Labour le 1er mai dernier avec les pires résultats dans des élections locales depuis 40 ans et la perte de la mairie de Londres.

Renvoyé au troisième rang par les électeurs, derrière les conservateurs et les libéraux-démocrates, c’est une véritable débacle pour Brown.“Nous avons connu une très mauvaise journée. Nous avons fait des erreurs. Mais vous savez ce qui inquiète la plupart des gens et c’est ce que j’ai ressenti pendant la campagne, c’est ce qui se passe dans leur vie quotidienne”.

Après des années de croissance ininterrompue, l‘économie britannique subi la hausse des prix des matières premières et les conséquences de la crise mondiale du crédit. Avec 70% de propriétaires, de plus en plus de Britanniques sont touchés par les problèmes de remboursements des prêts immobiliers. Et l’avenir s’annonce difficile comme l’explique ce représentant d’une ONG : “Nous pensons que 45 peut être 60% des ménages vont perdre leurs maisons cette année. Et notre ONG tente de limiter les dégâts lorsque nous voyons littéralement des gens jeter à la rue”.

Outre cette crise, Gordon Brown est aussi rattrapé par ses erreurs du passé. L’actuel ministre des finances Alistar Darling, a annoncé hier des mesures fiscales pour cette année destinées à compenser la suppression de la tranche inférieure de l’impôt sur le revenu décidé l’an dernier par Gordon Brown. Suppression qui a pesé sur les contribuables les moins riches car ils se sont retrouvés dans une tranche supérieure. L’opposition conservatrice dénonce un cadeau électoral: “Il s’agit d’une mesure applicable uniquement cette année. Cette compensation est une illusion fiscale présentée avec cynisme et incompétence. Quelle humiliation pour vous M. le chancelier de l’Echiquier”.

Autre humiliation subie cette fois-ci par Gordon Brown dont les ambitions sont raillées dans les mémoires de Chérie Blair, l‘épouse de l’ex-premier ministre. Elle y raconte comment Brown a voulu chasser son mari du pouvoir. Et d’ironiser sur les bons conseils que Tony Blair lui donne pour s’y maintenir et affronter les prochaines législatives prévues d’ici mai 2010.