DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le gouvernement italien emploie la manière forte contre le crime lié à l'immigration clandestine

Vous lisez:

Le gouvernement italien emploie la manière forte contre le crime lié à l'immigration clandestine

Taille du texte Aa Aa

Le plus grand camp nomade de la capitale italienne visé par une intervention de la police romaine. C’est l’une des opérations menées par les autorités depuis une semaine dans tout le pays contre le crime lié à l’immigration clandestine.

Résultat: près de 400 personnes arrêtées dont une majorité originaires de Roumanie ou des pays du Maghreb, soupçonnées notamment de trafic de drogue, vols et proxénétisme.
C’est la première illustration de la politique de fermeté prônée par le gouvernement de Silvio Berlusconi en matière d’immigration et de sécurité.

Alors que pendant la campagne, la droite a exploité plusieurs faits divers mettant en cause des Tziganes et que ces derniers sont dans la ligne de mire du gouvernement,
Le ministre de l’intérieur, Roberto Maroni, issu de la Ligue du Nord, a assuré qu’il n’y aurait pas d’expulsions de masse. Une déclaration à l’issue d’une rencontre avec son homologue roumain ce jeudi au cours de laquelle il a été décidé de la création d’un groupe de travail commun aux deux pays sur ces questions.

Le ministre roumain Cristian David a lui tenu à couper court aux amalgames, soulignant que le majorité de la communauté roumaine est parfaitement intégrée.

Dans la banlieue de Naples ces derniers jours, des actions violentes ont été dirigées contre les Roms: deux campements de Tziganes ont été incendiés en représailles après l’arrestation d’une jeune Rom pour tentative d’enlèvement d’un bébé.