DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Projet de loi sur la génétique très controversé en Grande-Bretagne

Vous lisez:

Projet de loi sur la génétique très controversé en Grande-Bretagne

Taille du texte Aa Aa

Autoriser la création d’embryons hybrides, mi-humains, mi-animaux, pour développer la recherche sur des maladies comme celles d’Alzheimer ou de Parkinson, c’est le but d’un projet de loi très controversé en Grande-Bretagne.

Le texte est actuellement présenté devant une commission parlementaire. Le débat promet d‘être agité.

“Il est important que le Parlement puisse voter sur des bases éthiques”, estime ce député du Parti libéral-démocrate. L’utilisation d’embryons doit en effet se faire de façon prudente et éthique, y compris si ces embryons sont hybrides, jusqu‘à leur 14e jour de développement.

Mais une partie de la population britannique est loin d‘être convaincue. Ce chercheur se montre également sceptique :

“Si nous voulons être objectifs, explique Carlos Lima, nous n’avons rien. Nous n’avons pas une seule maladie pour laquelle une recherche sur des embryons ait été utile”.

Le gouvernement britannique affirme pourtant que ce projet de loi est crucial pour faire avancer la recherche sur les maladies d’Alzheimer et de Parkinson. Ce n’est qu’après un vote favorable de la commission consultée que le texte sera présenté en deuxième lecture devant le Parlement. Le texte propose aussi de diminuer le délai légal de l’avortement de vingt-quatre à vingt semaines.