DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Grande-Bretagne: les chercheurs pourront utiliser des embryons mi-humains, mi-animaux

Vous lisez:

Grande-Bretagne: les chercheurs pourront utiliser des embryons mi-humains, mi-animaux

Taille du texte Aa Aa

Le dernier obstacle à leur légalisation a été levé lundi soir lors d’un vote à la chambre des Communes, à une écrasante majorité. Ces embryons hybrides vont alimenter les connaissances notamment sur les maladies de Parkinson et d’Alzheimer. “Nous avons l’opportunité, par ce vote, de marquer des points face aux maladies chroniques,” assure une député travailliste.

Le Premier ministre travailliste Gordon Brown, qui avait appuyé le texte, a donc réussi son pari même si sur un sujet aussi sensible, la discipline des partis n’a pas joué. Le chef de file des conservateurs, David Cameron, s’est prononcé pour la légalisation des embryons hybrides. Certains ministres catholiques contre.

Autre volet du projet de loi également adopté ce lundi: les parents d’enfants souffrant de maladies graves pourront recourir à la fécondation in vitro pour sélectionner les bébés qui serviront de donneurs pour des greffes afin de sauver leur frère ou leur soeur malade.

Deux autres sujets, encore plus controversés, seront soumis au vote ce mardi: autoriser les couples de lesbiennes à avoir recours à une fécondation in vitro et raccourcir le délai légal de l’avortement de 24 à 20 semaines.