DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

24 heures pour calmer les esprits à Naples

Vous lisez:

24 heures pour calmer les esprits à Naples

Taille du texte Aa Aa

Dans le cadre de la crise des ordures, l’un des dossiers sensibles auquel le gouvernement Berlusconi a décidé de s’attaquer, les protagonistes ont décidé d’attendre mardi pour reprendre leurs discussions.

Le gouvernement veut imposer à certaines communes napolitaines la construction de décharges, et les mairies concernées s’y opposent, avec l’appui de la population… Palmiro Cornetta, maire de Serre, estime que les manifestations vont continuer de manière civique, mais pour combien de temps encore ?

Depuis vendredi, jour et nuit, des centaines d’habitants de Chiaiano, un quartier du nord-ouest de Naples, bloquent l’accès à d’anciennes carrières que le gouvernement a réquisitionnées par décret, avec neuf autres sites pour les transformer en décharges. Le site de Chiaiano devrait accueillir à terme 700.000 tonnes d’ordures.

Devant la détermination du gouvernement -Berlusconi a affirmé qu’il ne reculerait pas d’un centimètre – les manifestations se sont durcies et douze personnes ont été blessées ce weekend.

Mardi, des experts se rendront à Chiaiano pour vérifier la faisabilité d’une décharge… En attendant, 35.000 tonnes de déchets sont toujours accumulées dans les rues des villes de Campanie, dont 600 tonnes à Naples.