DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Feu vert aux négociations UE-Russie

Vous lisez:

Feu vert aux négociations UE-Russie

Taille du texte Aa Aa

Accolade et soulagement en Conseil des ministres… Ce lundi, les diplomates européens ont donné leur feu vert au lancement de délicates négociations avec la Russie. Objectif : renouveler l’accord de partenariat qui lie les Européens aux Russes depuis 1997. Des pourparlers qui s’annoncent long, un an au moins de l’aveu de la présidence slovène. Le coup d’envoi sera donné les 26 et 27 juin en Sibérie, lors du sommet UE-Russie. Pour la première fois, l’Union européenne aura affaire au nouveau maître du Kremlin Dmitri Medvedev, même si l’ombre de Vladimir Poutine, devenu Premier ministre, n’est jamais bien loin.

Aujourd’hui, le bloc européen partage plus de 2000 kilomètres de frontières avec la Russie, depuis la Finlande jusqu‘à la Pologne. S’il a fallu près de deux ans pour décider de lancer ces négociations, c’est parce que deux pays européens s’y opposaient. Tout d’abord, la Pologne, qui exigeait une levée de l’embargo russe sur sa viande, ce qu’elle a obtenu en mars.

Puis, la Lituanie, qui réclamait que deux dossiers soient pris en compte : les tensions autour de la république séparatiste d’Abkhazie en Géorgie, et l’interruption des livraisons de pétrole russe à l’unique raffinerie lituanienne. Ces préoccupations ont été inscrites noir sur blanc. Mais ce ne sont que quelques-uns des sujets sensibles qui jalonneront ces discussions. Dans le domaine énergétique, les Européens espèrent d’ailleurs obtenir des garanties d’approvisionnement de la part de la Russie, mais celle-ci pousse son avantage et commence à se tourner vers la Chine.