DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La communauté internationale presse la junte birmane de laisser entrer les humanitaires étrangers

Vous lisez:

La communauté internationale presse la junte birmane de laisser entrer les humanitaires étrangers

Taille du texte Aa Aa

Priorité doit être donnée à l’aide d’urgence au Myanmar et à l’ouverture aux humanitaires étrangers, après le passage du cyclone Nargis au Myanmar. C’est la mise au point du secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki Moon, lors d’une conférence internationale hier à Rangoun, alors que la junte militaire birmane espère des milliards de dollars de dons pour la reconstruction et que la communauté internationale serait prête à donner 50 millions.

Pour Douglas Alexander, ministre britannique pour le développement international, le gouvernement birman a la lourde responsabilité d’honorer ses engagements. La communauté internationale, dit-il, a parlé d’une seule voix aujourd’hui et veut à la fois que l’aide s’amplifie et qu’un accès plus grand soit accordé aux régions birmanes sinistrées.”

Pour Anupama Rao Singh, de l’UNICEF, la junte montre déjà des signes d’ouverture. “Je suis optimiste très optimiste, explique-t-elle, pas seulement en raison des engagements qui ont été pris, mais aussi parce qu’hier nous avons reçu une autorisation pour que six membres de notre équipe internationale puissent se rendre dans la région sinistrée du delta de l’Irrawady.”

Dans le même temps, la France confrontée au refus des autorités, a renoncé à décharger au Myanmar un bateau transportant de l’aide, elle a décidé de passer par la Thaïlande.
Plus de trois semaines après le passage du cyclone Nargis qui a fait deux millions et demi de sinistrés, le huis clos ne semble pas encore totalement levé.