DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les chantiers navals polonais au pied du mur

Vous lisez:

Les chantiers navals polonais au pied du mur

Taille du texte Aa Aa

Le compte à rebours est sur le point d’expirer. Et Bruxelles va sans doute devoir ordonner à deux chantiers navals polonais le remboursement d’aides massives versées par l’Etat. Les chantiers en question sont ceux de Gdynia et de Szczecin. Seule une privatisation ou des plans de reconversion radicaux pourraient annuler ces demandes de remboursement. Les explications de ce porte-parole de la Commission :

“Si les autorités polonaises nous présentent dans un délais très court de nouvelles solutions concrètes et crédibles susceptibles d‘être mises en oeuvre immédiatement pour assurer la viabilité à long terme de ces deux chantiers navals, alors, naturellement, la Commission évaluera ces propositions avant de prendre une décision.”

Un troisième chantier naval, celui de Gdansk, bénéficie d’un sursis d’un mois. Racheté par un groupe industriel ukrainien, il doit aussi faire l’objet d’un vaste programme de restructuration. Plus encore que les deux autres, Gdansk représente un enjeu politique. C’est là qu’est né le mouvement Solidarnosc, qui contribua à la chute du régime communiste. Tout un symbole. En cas de fermeture, le gouvernement de centre-droit pourrait y laisser des plumes.

Les sommes à rembourser n’ont pas encore été précisées, mais lorsque l’enquête de la Commission avait été ouverte en 2005, les aides publiques aux trois chantiers navals étaient estimées à près d’un milliard-et-demi d’euros.