DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Moudjahidins du peuple iranien : vers un retrait de la liste noire européenne

Vous lisez:

Moudjahidins du peuple iranien : vers un retrait de la liste noire européenne

Taille du texte Aa Aa

L’Europe est de plus en plus sous pression pour rayer les Moudjahidins du peuple iranien de sa liste noire. Après la justice européenne il y a un an et demi, la justice britannique a à son tour estimé que le mouvement d’opposition au régime de Téhéran devait être retiré de la liste européenne des organisations terroristes. Basé en France, l’OMPI se pose en alternative démocratique et dit avoir renoncé à la violence armée depuis 2001. La représentante de l’opposition en exil, Maryam Radjavi :

“Il faut retirer le nom des Moudjahidins de la liste parce que cela démontrera que l’Europe est contre le régime des Mollahs. Vous savez que cette liste a été une demande du régime des Mollahs et c’est une concession aux Mollahs. Comme je l’ai dit, c’est le résultat de la politique de complaisance.”

Toutes les organisations listées voient leurs avoirs financiers gelés et ne peuvent donc pas lever de fonds. Maryam Radjavi était mercredi au Parlement européen pour plaider sa cause, entourée de députés britanniques qui l’appuient. David Jones en est. Pour lui, le Royaume-Uni ayant été à l’origine de l’inscription sur la liste européenne, la demande d’annulation de la justice britannique doit être respectée :

“Si la plus haute juridiction de Grande-Bretagne, Chambre des Lords mise à part, décide que la proscription du gouvernement britannique était illégale, j’estime que l’Union européenne a le devoir d’en tenir compte. L’UE elle-même est une création juridique et est aussi une institution qui doit s’appuyer sur l’Etat de droit. Et si dans les faits, elle ne le fait pas, elle ne représente rien du tout.”

En 2006, la Cour européenne de justice avait déjà contesté cette inscription, mais elle s‘était concentrée sur la procédure. Lorsque l’Europe révisera sa liste en juin, elle pourra cette fois difficilement faire l’impasse, commente cet expert juridique :

“Le Conseil de l’Union européenne devrait se soumettre à la décision qui a été prise par le Tribunal de première instance de la Cour de Justice des Communautés européennes d’annuler… C’est une véritable annulation de la décision qui avait été prise par le Conseil d’inscrire l’OMPI sur la liste des organisations terroristes.”

Les Moudjahidins du peuple iranien ont beau avoir pignon sur rue en France, la justice française les a un temps soupçonnés de dérives sectaires. En 2003, une perquisition avait même eu lieu au siège de l’organisation et plusieurs millions de dollars saisis en liquide. Quant à la position de Téhéran, elle est invariable : les Moudjahidins du peuple sont une secte terroriste et les retirer de la liste noire équivaudrait à une provocation des Européens.