DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Fin de la conférence de l'ONU sur la biodiversité

Vous lisez:

Fin de la conférence de l'ONU sur la biodiversité

Taille du texte Aa Aa

191 pays ont envoyé leurs délégués à Bonn en Allemagne. Objectif : préserver la vie sauvage et les écosystèmes. Et il y a urgence… Actuellement, un tiers des amphibiens et un quart des mammifères de la planète sont menacés. À ces chiffres s’ajoute une espèce d’oiseau sur huit et 70% des plantes.

Malgré ce constat alarmant, Sigmar Gabriel, le ministre allemand de l’Environnement, estime que la conférence est un véritable succès. “Il y a encore beaucoup à faire”, a-t-il reconnu. “Mais je crois que l’on peut dire que le débat sur la diversité biologique, la protection de la nature et la protection des espèces est de retour sur l’agenda de la politique internationale et c’est l’objectif principal que nous voulions atteindre.”

Sur la feuille de route de l’ONU figure notamment la création de zones protégées en haute mer. Une avancée jugée insuffisante par bon nombre d’ONG écologistes. Greenpeace en particulier dénonce la lenteur du processus onusien et a manifesté son mécontentement à Bonn.

Il faudra en effet attendre novembre pour finaliser la création d’un GIEC de la biodiversité. En clair, un réseau d’experts sensés faire le lien entre les scientifiques et les politiques.