DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le régime chinois laisse le massacre de Tiananmen dans l'oubli

Vous lisez:

Le régime chinois laisse le massacre de Tiananmen dans l'oubli

Taille du texte Aa Aa

Le 19ème anniversaire de la répression du mouvement démocratique est passé totalement inaperçu sur la place Tiananmen, place devenue tristement célèbre depuis l‘évènement. Mais à 66 jours exactement de l’ouverture des Jeux Olympiques dans la capitale chinoise, ce silence est assourdissant pour les organisations de défense des droits de l’Homme.

Juin 1989, les étudiants chinois manifestaient depuis six semaines. Ils réclamaient plus de liberté, dénonçaient la corruption du régime. La tolérance n’allait pas durer. L’aile dure du Parti communiste chinois avait pris le dessus sur Zhao Ziyang, le secrétaire général du parti qui entretenait un dialogue avec les étudiants. La répression fut sanglante. Le 30 juin, un rapport de la mairie de Pékin établissait un bilan de plus 200 civils tués, dont 36 étudiants.

19 ans après ces images qui ont fait le tour du monde, le massacre de Tiananmen reste tabou en Chine. L’ancien assistant de Zhao Ziyang ose pourtant aborder le problème : “Quand les Jeux Olympiques vont débuter et que tant de journalistes du monde entier vont se promener dans le pays en demandant la vérité sur Tiananmen, dit-il, je ne sais pas ce que les autorités vont pouvoir leur dire “. Elles ont déjà un discours rôdé, notamment au ministère des Affaires étrangères : “Nous avons une position claire sur cet évènement politique qui a eu lieu dans les années 80 du siècle dernier. Ce qui a été rapporté à l‘étranger relève en fait de nos affaires intérieures”.

Clore cette page tragique de l’histoire de la Chine, estiment les organisations de défense des droits de l’Homme, est impossible si on ne rend pas justice aux victimes. C’est ce que réclame Ding Zilin, dont le fils est mort place Tiananmen : “J’espère que la communauté internationale encouragera le gouvernement chinois à tirer des leçons du massacre du 4 juin. Ces leçons sont très importantes pour le processus de démocratisation dans mon pays”. En mars dernier, la torche olympique démarrait symboliquement son parcours de la place Tiananmen. “Cette utilisation a ajouté l’insulte à la blessure”, a déclaré l’organisation Human Rights Watch.