DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Volte-face de Silvio Berlusconi en matière d'immigration

Vous lisez:

Volte-face de Silvio Berlusconi en matière d'immigration

Taille du texte Aa Aa

Après avoir voulu faire de l’immigration clandestine un délit passible de six mois à quatre ans de prison, Silvio Berlusconi fait volte-face. Il faut dire que le projet du chef du gouvernement italien a soulevé l’indignation des Nations unies et du Vatican.

Silvio Berlusconi réagissait ce mardi en marge d’une rencontre avec le président français Nicolas Sarkozy. “Personnellement, explique le président du Conseil italien, je ne pense pas qu’on puisse juger quelqu’un pour sa présence illégale dans notre pays. Mais le statut de clandestin devrait être considéré comme une circonstance aggravante pour les immigrés ayant des démêlés avec la justice.”

Le chef de la diplomatie italienne a rappelé que l’immigration clandestine était déjà un délit en France, en Allemagne, en Suède et au Royaume-Uni.

De son côté, la communauté Rom, qui se considère particulièrement visée par le projet de loi italienne, a manifesté ce mardi devant les ambassades d’Italie en Roumanie et en Espagne.