DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Bruxelles accusée d'avoir déclenché la panique

Vous lisez:

Bruxelles accusée d'avoir déclenché la panique

Taille du texte Aa Aa

La crainte d’un nouveau Tchernobyl n’aura duré que quelques minutes. Mais Bruxelles ayant choisi d’en informer le public, c’est toute l’Europe qui a brièvement été saisie de panique. Les irradiés de Tchernobyl, le nuage, les mensonges. Tout cela est remonté à la surface. A présent qu’il est avéré que l’incident slovène n’avait rien de grave, Bruxelles est critiquée pour l’avoir médiatisé. Les explications de ce porte-parole sur le mécanisme activé : “Le système Ecurie a été établi en 1987 pour fournir des informations aux Etats membres en cas d’incidents nucléaires. Le système est utilisé sur la base du volontariat par les Etats membres, à moins qu’ils doivent prendre des mesures de grande ampleur pour protéger les populations en cas d’urgence. Dans ce cas, ils doivent obligatoirement fournir l’information.”

De fait, ce système d’alerte est régulièrement utilisé. Deux fois en 2005 et en 2006 et déjà trois fois depuis début 2008, bien souvent pour des incidents mineurs. A trop vouloir jouer la transparence, la Commission a semé le trouble. Mais le but premier était bien de montrer que l’Europe est armée pour enrayer autant que possible tout risque de propagation radioactive, dans une Europe élargie où l‘énergie nucléaire est très présente et les centrales pas toujours du dernier cri technologique.