DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Turquie : un "non" au voile qui est un sérieux coup dur pour l'AKP

Vous lisez:

Turquie : un "non" au voile qui est un sérieux coup dur pour l'AKP

Taille du texte Aa Aa

La Cour constitutionnelle a infligé un sérieux revers à l’AKP en annulant la réforme sur le port du voile, mais elle pourrait aller encore plus loin. En mars dernier, elle a accepté d’examiner la demande du procureur général d’interdire l’AKP pour activités contre la laïcité. Une demande qui porte aussi sur l’interdiction de 71 membres du parti islamiste, dont le Premier ministre Erdogan et le président Gül, pendant 5 ans.

Formée il y a 6 ans, cette large coalition de conservateurs religieux, nationalistes, libre-échangistes et centristes de droite s’appuie sur une classe moyenne de plus en plus prospère, et qui affiche sa religiosité.

Selon l’analyste Toktamis Ates, une éventuelle interdiction de l’AKP ne l’affaiblira pas vraiment :
“En février 2007, les partisans de l’AKP étaient moins de 30 pourcent, mais après le refus de valider l’investiture d’Abdullah Gül à la présidence, après 4 mois de tension avec l’armée, l’AKP a gagné les élections générales avec 47 pourcent des voix. Et si l’AKP venait à être interdit, il y aurait un nouveau parti avec un nouveau nom, et qui deviendrait encore plus populaire”

Mais pour le camp des laïques, l’AKP aurait pour objectif de miner les principes laïques de la république turque fondée par Ataturk après l’effondrement de l’Empire Ottoman. Tout au long de l’année dernière, ils ont mobilisé leur partisans dans la rue et les institutions.

Des inquiétudes infondées selon ce théologien de l’Islam qui dirige un cercle de réflexion confessionnel : “Depuis qu’un parti islamique est au pouvoir en Turquie, les laïques ont assuré qu’ils allaient interdire beaucoup de libertés au nom de la sharia, mais ils ont oublié que sous l’Empire Ottoman, personne ne fut puni dans ce pays au nom de la sharia, comme boire de l’alcool… Ces libertés n’ont pas été inventées par les laïques.”

Le bras de fer autour du voile à l’Université risque de diviser la société turque en fonction des croyances.