DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Crise du carburant : la police espagnole chargée de lever les barrages des routiers

Vous lisez:

Crise du carburant : la police espagnole chargée de lever les barrages des routiers

Taille du texte Aa Aa

Comment résoudre la crise du carburant ? Depuis lundi, la péninsule ibérique tourne au ralenti. Alors, en Espagne, les autorités ont visiblement choisi la méthode forte : la police a été envoyée ce mercredi pour faire sauter les barrages, ici dans les environs de Madrid. Plusieurs dizaines de camionneurs grévistes ont été arrêtées.

Voilà donc trois jours que les transporteurs manifestent ainsi leur colère contre les prix de l’essence. Routes bloquées, embouteillages monstres, industries paralysées… les autorités dénoncent ce qu’elles considèrent comme une entrave à la liberté de circulation.

Le ministre espagnol de l’Intérieur Alfredo Pérez Rubalcaba explique que “(le gouvernement) va continuer à agir avec un maximum de fermeté contre ceux qui veulent perturber l’ordre public, perturber la mobilité des citoyens. Et ceci concerne spécialement les piquets des grèves, qui sont illégaux”.

La grève des camionneurs a pris un tour dramatique depuis hier, puisque deux routiers ont trouvé la mort. Ils se trouvaient chacun sur un barrage et ont été renversés par des camions. Ce mercredi, une minute de silence a été observée pour leur rendre hommage.

Autre conséquence des blocages routiers : des pénuries se font sentir dans de nombreux supermarchés. Les magasins sont obligés de puiser dans leurs stocks, faute d’approvisionnement. Et ces pénuries risquent de se faire encore plus sentir car certains agriculteurs ont rejoints le mouvement de protestation contre le prix des carburants. C’est le cas par exemple à Almeria, dans le sud de l’Espagne. Plusieurs personnes ont été blessées lors des affrontements entre agriculteurs et policiers.

Le Portugal est également durement touché par la crise des carburants. Il n’y a quasiment plus d’essence dans les station-service. Même à l’aéroport de Lisbonne, les avions ne peuvent plus être ravitaillés.