DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Irlande-Europe : le pourquoi d'un possible "non"

Vous lisez:

Irlande-Europe : le pourquoi d'un possible "non"

Taille du texte Aa Aa

Nous sommes en 1973 et l’Irlande rejoint officiellement la CEE. Le Premier Ministre d’alors, John Lynch, signe l’acte d’entrée au sein de la Communauté Economique européenne. Pays pauvre, l’Irlande profitera largement des aides de Bruxelles. Et c’est pourquoi elle devrait se montrer plus reconnaissante.

C’est du moins l’un des arguments des défenseurs du OUI mais ce n’est pas la bonne stratégie selon ce spécialiste de l’Europe, Sebastian Kurpas : “La gratitude n‘était pas un bon argument dans cette campagne. Le plus important était de dire ce qu’on y gagne ou non. Ca c’est plus vendeur.”

Seul pays à se prononcer par référendum au sein de l’Union Européenne les autres états membres retiennent leur souffle. Mais l’eurodéputé Graham Watson, veut rester optimiste. “Je ne pense pas que ce sera la fin du monde pour l’Europe, dit-il, mais peut etre le moment ou certains pays peuvent se demander s’ils veulent rien de plus qu’un espace économique européen alors que d’autres peuvent vouloir aller plus loin dans une union politique plus ambitieuse et qui pourrait profiter à tous leurs citoyens”.

Des citoyens qui dès l’enfance sont sensibilisés aux questions européennes en cours d‘éducation civique. Comme ici à Dublin. Avec parfois des résultats étonnants…