DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Turquie : la France ne doit pas freiner le processus d'adhésion

Vous lisez:

Turquie : la France ne doit pas freiner le processus d'adhésion

Taille du texte Aa Aa

La Turquie avance à tous petits pas vers une lointaine adhésion européenne. Ce mardi, deux nouveaux chapitres ont été ouverts avec l’Union européenne, l’un sur le droit des sociétés, l’autre sur le droit de la propriété intellectuelle. Ce qui porte à huit les chapitres ouverts sur les 35 qui doivent jalonner ces négociations. Mais la Turquie n’est pas dupe. Elle sait que certains pays, à commencer par la France, ne veulent pas la voir rejoindre le club européen. D’où cet appel lancé par le chef de la diplomatie turque, Ali Babacan : “Nous espérons que la présidence française qui débute le 1er juillet sera juste, impartiale et transparente, comme cela nous a été promis à plusieurs reprises et à plusieurs niveaux. Et nous voulons croire que notre processus d’adhésion à l’UE continuera à progresser pendant la présidence française.”

Alors que les Turcs sont nettement plus emballés par leur qualification pour les quarts de finale de l’Euro, le gouvernement maintient le cap et ne veut pas entendre parler d’un partenariat avec l’Europe, idée privilégié par la France. Paris bloque de fait cinq chapitres directement liés à l’adhésion.