DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le Conseil de Sécurité de l'ONU condamne la crise politique au Zimbabwe

Vous lisez:

Le Conseil de Sécurité de l'ONU condamne la crise politique au Zimbabwe

Taille du texte Aa Aa

Hier lundi, une déclaration en ce sens a été adoptée à l’unanimité des 15 membres. Ban Ki-Monn, le secrétaire général des Nations Unies, a quant à lui appelé au report du second tour de l‘élection présidentielle. “Il y a eu trop de violence, trop d’intimidation. Un vote dans ces conditions serait privé de toute légitimité”, a-t-il déclaré à la presse.

Depuis l’annonce dimanche de son retrait de la course à la présidentielle, Morgan Tsvangirai s’est réfugié à l’ambassade des Pays-Bas à Harare. Le candidat de l’opposition, arrivé en tête lors du premier tour le 29 mars, s’est toutefois dit prêt au dialogue avec Mugabe, à condition que cessent les violences. Dans le même temps, un raid policier mené au siège de son parti le MDC, aurait conduit à l’arrestation de 60 personnes. De leur côté, les autorités affirment avoir transféré 39 individus jusqu‘à “un centre de réhabilitation” pour des raisons d’hygiène.

“Nous nous demandons sur quoi se base monsieur Morgan Tsvangirai. Nous n’avons enregistré aucune plainte de sa part ou de son parti concernant des menaces de violence ou des atteintes à sa vie”, a affirmé un commissaire de police.

Selon Morgan Tsvangirai, 90 personnes auraient trouvé la mort depuis fin mars, tuées par des partisans du président sortant Robert Mugabe. La commission nationale électorale du Zimbabwe a, quant à elle, fait savoir que le scrutin devrait avoir lieu comme prévu vendredi.