DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Proche-Orient : "pas de paix sans l'arrêt de la colonisation" explique Nicolas Sarkozy à la Knesset

Vous lisez:

Proche-Orient : "pas de paix sans l'arrêt de la colonisation" explique Nicolas Sarkozy à la Knesset

Taille du texte Aa Aa

Au Proche-Orient, Nicolas Sarkozy s’est présenté en facilitateur de paix. A une semaine de la présidence française de l’Union européenne, le chef de l’Etat a proposé l’aide de l’Europe pour “aller vers un accord final” avec les Palestiniens. Nicolas Sarkozy a aussi proposé la contribution de la France pour accueillir des pourparlers entre l’Etat hébreu et les Palestiniens, la Syrie ou encore le Liban.

Plus tôt dans la journée, Nicolas Sarkozy a tenu un discours remarqué devant la Knesset. Il s’agissait de la première intervention d’un chef d’Etat français devant le parlement israélien depuis 1982.

Nicolas Sarkozy a plaidé pour la création d’un Etat palestinien et l’arrêt de la colonisation. Il a énuméré les conditions nécessaire à ses yeux pour une relance de l’espoir de paix.
“Il ne peut y avoir de paix sans l’arrêt de la colonisation. Une proposition de paix existe elle est soutenue par de nombreux membres de votre knesset, pour l’adoption d’une loi qui inciterait au départ les colons de Cisjordanie, moyennant compensation et relogement en Israël. Moi je vous dis une chose : créez les conditions du mouvement”.
Côté israélien on se félicite officiellement de cet état d’esprit même si le discours a été modérement applaudi par une Knesset archi-comble.
En revanche l’allocution a particulièrement été apprécié par le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas qui reçoit Nicolas Sarkozy ce mardi à Bethléem en Cisjordanie.