DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Robert Mugabé s'accroche au pouvoir par tous les moyens au Zimbabwe et ne cède pas à la pression internationale

Vous lisez:

Robert Mugabé s'accroche au pouvoir par tous les moyens au Zimbabwe et ne cède pas à la pression internationale

Taille du texte Aa Aa

Mugabé isolé, Mugabé entêté.
Le Président du Zimbabwe, au pouvoir depuis 1980, refuse de reporter le second tour de l‘élection présidentielle, malgré la pression internationale. Robert Mugabé veut conserver le pouvoir, par tous les moyens si l’on en croit les témoignages de violences qui se succèdent.

Le candidat de l’opposition Morgan Tsvangirai, arrivé en tête au premier tour, donne dans une interview au Times ce jeudi 24 heures à Robert Mugabé pour accepter de négocier, sous peine de devenir un dirigeant illégitime responsable de la mort de civils. Lui-même s’est retiré de la course, pour stopper a-t-il dit une orgie de violences. Il se trouve actuellement dans l’ambassage des pays bas à Harare, où il a trouvé refuge. 200 autres personnes ont demandé la protection de l’ambassade d’Afrique du Sud. Elles disent avoir été victimes de violences politiques.

La France et le Portugal ont déjà fait savoir qu’ils ne reconnaitront pas le résultat du scrutin présidentiel prévu demain. Ils regrettent le fait que les observateurs internationaux ne soient pas en mesure de travailler sur place.

Alors qu’il fêtait ses 90 ans à Londres l’ex-Président sud-africain Nelson Mandela a pour sa part dénoncé la tragique défaillance de la direction du Zimbabwe.

A Washington le président américain George Bush a qualifié d’imposture ce second tour, et a appelé l’Union Africaine à augmenter la pression sur le régime. Le candidat démocrate Barack Obama a pour sa part amèrement repproché leur passivité aux pays africains, face aux violences commises par les partisans du président.

Robert Mugabe, aujourd’hui âgé de 84 ans, reste sourd à ces pressions internationales.

La population, elle, subit la situation politique avec d’autant plus d’inquiétude et de lassitude que le pays est aujourd’hui plongé dans un véritable chaos économique.