DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le pétrole n'en finit plus de flamber


entreprises

Le pétrole n'en finit plus de flamber

Le pétrole commence la semaine comme il avait terminé la précédente, avec un nouveau record. Le prix du baril de brut a franchi le seuil de 143 dollars à New-York comme à Londres.

Réunies à Madrid pour le XIXe Congrès mondial du pétrole, les principales majors ont réagi en estimant que la spéculation seule n’explique pas cette hausse vertigineuse.

“Même si la situation de l’offre et de la demande reste tendue, il n’y a pas aujourd’hui de réel problème de production. Je ne crois pas que le prix du baril atteindra 200 dollars”, a déclaré le président de Repsol Antonio Brufau.

Les majors préconisent de produire plus pour satisfaire la hausse de la demande. Position à laquelle s’opposent les membres de d’un ONG qui ont investi la bourse de Madrid, ce lundi. Ils dénonçaient l’exploitation de l’homme par l’industrie pétrolière.

Une industrie pétrolière qui est sur le point de reprendre pied en Irak, 36 ans après en avoir été chassée. Bagdad a décidé d’autoriser le retour des majors occidentales afin de faire passer sa capacité de production de 2,5 à 4 millions de barils par jour d’ici cinq ans, a expliqué le ministre du Pétrole Hussein Al-Sharistani.

Les premières offres des géants du secteur pour ces contrats d’assitance technique ont toutefois été refusées. Les autorités irakiennes les juges trop gourmands, et leur donne deux mois pour faire connaître leurs intentions avant une période de six mois pour affiner leur offre. Pour une signature des contrats prévue en juin 2009.

Plus d'infos:

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

entreprises

Les cours du brut ont battu un nouveau record vendredi