DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Une éclatante victoire pour Álvaro Uribe

Vous lisez:

Une éclatante victoire pour Álvaro Uribe

Taille du texte Aa Aa

La bonne nouvelle n’a pas atténué son ton froid et son regard sérieux. Pourtant, Álvaro Uribe vient de remporter sa plus grande victoire en six ans de lutte acharnée contre les FARC : “C’est tellement bon de donner cette nouvelle à la France, à l’Europe, qui durant toutes ces années n’ont pas abandonné un seul instant Ingrid Betancourt”.

Déterminé, Alvaro Uribe a fait de la sécurité et de la lutte contre les FARC sa priorité politique. Fort du soutien des colombiens, peu convaincus d’une volonté de négociation de la guérilla, il maintient le cap sur la ligne dure prônée par l’armée. Interrogé par Euronews, lors sa visite en Europe en janvier, le président colombien estimait déjà payante sa politique de “sécurité démocratique”: “Mon gouvernement a adopté ce que l’on a appellé la politique de la “sécurité de la démocratie”. Ca renforce l’Etat et ça a marché: nous avons réduit le nombre des assassinats de plus de la moitié, même s’il reste beaucoup à faire…”

Le succès de l’opération “Echec et mat” conforte la position de fermeté d’Uribe notamment face aux partisans de la négociation pour raison humanitaire. Une ligne soutenue par les familles des otages qui considéraient trop risquée une libération par les militaires colombiens. Ainsi, Yolanda Pulecio, la mère d’Ingrid : “Je voudrais demander au président de réfléchir. En regardant l‘état de ma fille, il se rendra compte. Qu’il pense comme si c‘était son enfant, qu’il nous aide, qu’il abandonne l’orgueil, ce désir de violence, cette haine, et de grâce, je l’en conjure, qu’il revienne à une médiation du président Chávez.”

Tout en les remerciant, Álvaro Uribe gagne aussi face à ceux qui se sont proposés en intermédiaires, notamment la France, laquelle n’a pas ménagé ses efforts pour parvenir à la libération négociée de la franco-colombienne.

Surtout, il prend sa revanche sur Hugo Chavez. Après avoir obtenu la libération de 6 otages, celui-ci avait menacé Bogota suite à l’incursion militaire colombienne en territoire équatorien.