DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Nicolas Sarkozy énonce ses priorités pour l'Europe

Vous lisez:

Nicolas Sarkozy énonce ses priorités pour l'Europe

Taille du texte Aa Aa

C’est en Européen convaincu et combatif que Nicolas Sarkozy s’est présenté devant les euro députés. Le président français, dont le pays assume depuis le 1er juillet la présidence de l’Union, est venu exposer à Strasbourg ses priorités. Tout d’abord, un dossier qui s’impose à lui, la crise institutionnelle provoquée par le non irlandais au Traité de Lisbonne. Il ira en Irlande le 21 juillet, mais prévient : sans traité réformateur, pas de nouvel élargissement possible.

“Si nous voulons l‘élargissement, et je le veux, il faut de nouvelles institutions avant de nous élargir. Qui pourrait comprendre que l’Europe à Vingt-sept n’est pas capable de se doter d’institutions et qu’elle n’a comme autre priorité que de s‘élargir comme dans une fuite en avant. Il faut donc que les choses soient claires : si on veut l‘élargissement et nous voulons l‘élargissement, alors il faut de nouvelles institutions.”

Nicolas Sarkozy a aussi été interpellé sur sa décision d’assister à la cérémonie d’ouverture des JO de Pékin. Le chef du groupe des Libéraux, Graham Watson :

“La France nous a donné les droits de l’Homme. Maintenant, la France doit mener leur défense. A l’intérieur de l’Europe, en insistant pour faire aboutir la directive anti-discrimination. Et à l’extérieur, en ancrant la paix dans les Balkans, avec une perspective européenne, en utilisant l’Union pour la Méditerranée pour améliorer le respect des droits de l’Homme en Afrique du nord, en parlant d’une seule voix avec la Russie, et en condamnant la répression de la dissidence par la Chine. Monsieur le président en exercice, n’allez pas à Pékin, jouez collectif !”

Nicolas Sarkozy a répondu qu’il avait l’aval des États membres pour se rendre en Chine. Parmi les priorités de ce semestre de présidence française : l’adoption d’un plan précis pour réduire les émissions de CO2, l’adoption également d’un pacte sur l’immigration ou encore la question de la sécurité alimentaire en Europe et dans le monde.