DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Au coeur de l'UPM, des projets concrets

Vous lisez:

Au coeur de l'UPM, des projets concrets

Taille du texte Aa Aa

Du concret pour enclencher la dynamique. C’est le principe défendu par la France pour cette Union nouvelle version. Paris a donc préparé une liste de projets-pilotes. En premier lieu, la dépollution de la Méditerranée. Un projet qui est déjà dans les tuyaux, mais qui va coûter cher : au moins deux milliards d’euros pour éliminer 80% des sources de pollution d’ici 2020. Or Bruxelles et un certain nombre de partenaires européens ne sont pas prêts à tout prélever sur le budget européen. Il faudra s’en remettre aux investisseurs privés, si toutefois ils sont intéressés.

Autre projet phare : le plan solaire méditerranéen. Il s’agit de développer l‘énergie solaire dans les pays de la rive sud, et permettre à terme à l’Union européenne d’importer de l‘électricité propre. Certains pays, à l’image du Maroc, n’ont pas attendu pour investir ce créneau. Ici, depuis les années 90, les panneaux photovoltaïques poussent comme des champignons.

L’Union pour la Méditerranée est aussi porteuse d’un projet de création d’autoroutes de la mer. Le but est là de fluidifier le commerce entre les deux rives. Il est même question d’interconnecter les autoroutes du Maghreb et de renforcer la coopération entre le nord et le sud en matière de protection civile. Mais tout cela ayant un coût, et pas des moindres, il faudra sans doute faire des choix. A 44, ce ne sera guère plus facile qu‘à 27.