DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Eglise anglicane plus divisée que jamais entre conservateurs et libéraux

Vous lisez:

L'Eglise anglicane plus divisée que jamais entre conservateurs et libéraux

Taille du texte Aa Aa

Près d’un quart des 880 évêques anglicans ont boycotté la conférence de Lambeth qui s’est ouverte hier à Canterbury. Ils s’opposent à l’ordination d’homosexuels et de femmes évêques.

Parmi les absents, les représentants du Nigéria, du Kenya, de l’Ouganda ou encore du Rwanda dont les communautés figurent parmi celles qui se développent le plus rapidement. Ils ont décidé de constituer leur propre conférence épiscopale qui ne soit pas, selon leur propres termes, entachée d’immoralité sexuelle.

L’Archevêque du Rwanda, Emmanuel Kollini, s’oppose tout particulièrement à l’ordination des homosexuels.

“Cela va tuer le christianisme en Afrique. Il y a énormément de défis à relever. Il suffit de faire une seule erreur pour que la chrétienté meurent au sud du Sahara comme elle est morte en Afrique du Nord”.

A l’origine de ces divisions, l’ordination en 2003 de l’Américain Gene Robinson qui n’a jamais caché son homosexualité. Pour calmer les esprits, le chef spirituel libéral de l‘Église anglicane a renoncé à l’invité à Canterbury. Les progressistes maintiennent malgré tout le cap en donnant l’opportunité aux femmes de devenir évêques.