DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Afrique du Sud : l'héritage Mandela

Vous lisez:

Afrique du Sud : l'héritage Mandela

Taille du texte Aa Aa

Le 10 mai 1994 Nelson Mandela devient le premier president noir d’Afrique du Sud. Un événement historique mais surtout un rêve devenu réalité pour des millions de sud-africains.

Nelson Mandela fait de la réconciliation la priorité de son mandat présidentiel :soigner les blessures de l’apartheid, tourner la page du racisme et mener le pays vers l’avenir.
Icône du pardon et de la réconciliation, Mandela est un colosse moral, selon les mots de Desmond Tutu, auquel il est impossible de succéder.

Le défi est relevé par Thabo Mbeki, qui en 1999 remporte l‘élection présidentielle après le départ à la retraite volontaire de Nelson Mandela, un geste rare et encore exemplaire.
Après neuf ans au pouvoir, Thabo Mbeki, fait le point sur l’immense travail de son prédécesseur : “La construction d’un société non-raciale qui répond aux besoins des nécessiteux et le retour de l’Afrique du Sud dans le reste du monde”.

Mais la nation “arc-en-ciel” rêvée et promise par Nelson Mandela a encore du chemin à faire. L’Afrique du Sud est la première puissance économique du continent, mais plus de 40% de sa population vit en-dessous du seuil de pauvreté.

La criminalité est l’une des plus élevée au monde. Elle frappe les enfants de plein fouet. Près de 1.500 enfants ont été assassinés et plus 16.000 cas d’abus sexuels ont été rapportés sur un an.

Et puis il y a le SIDA. Les enfants en sont aussi les premières victimes. Plus d’un million sont aujourd’hui orphelins. L‘épidémie touche plus de 5,5 millions de sud-africains.
Les récentes poussées de xénophobie ont fait plus de 60 morts et des milliers de sans-abri. Une manifestation flagrante des tensions qui tiraillent encore le pays. Alors même si certains immigrés renoncent à leurs rêves, de nombreux autres viennent quand même tenter leur chance dans la patrie de Nelson Mandela.