Fermer
Identifiez-vous
Merci d’entrer vos identifiants de connexion

ou Rejoignez la communauté euronews

Avez-vous oublié votre mot de passe ?

Skip to main content

Dernière Minute
  • Attentat en Egypte : le bilan monte à 25 soldats tués – AFP
  • Europe : 25 banques ont échoué aux stress tests à la fin 2013 (Reuters)
  • Washington cherche à confirmer que l’EI a mené des attaques au chlore – AFP
  • Ebola : l’infirmière du Texas Nina Pham est guérie – AFP
  • Egypte : cinq soldats tués par une bombe dans le Sinaï – AFP
  • L’action Amazon perd plus de 8% à l’ouverture de Wall Street – AFP

Le président cubain Raul Castro a engagé hier une réforme agraire. Cela consiste à distribuer aux agriculteurs privés, des terres qui appartiennent à l’Etat mais qui ne sont pas exploitées. Chaque paysan pourra ainsi recevoir, pour une durée de dix ans renouvelables, jusqu‘à 13 hectares de terrain, en usufruit, c’est-à-dire que l’Etat reste propriétaire, mais le paysan conserve le bénéfice de son travail.

“Il y a beaucoup de terres qui ne sont pas utilisées, qui ne produisent rien, constate ce paysan. Maintenant, on va pouvoir les exploiter. Ça va donner du travail aux agriculteurs”. Du travail pour les paysans, mais surtout des produits agricoles pour l’ensemble de la population ! Les trois quart de ce que les Cubains mangent proviennent de l‘étranger. Il faut inverser la tendance, a déclaré le président, la semaine dernière.

Sur les marchés de la Havane, la réforme agraire est plutôt bien accueillie. Ainsi cette vendeuse qui pense que la distribution des terres aux paysans va permettre à Cuba de ne plus dépendre de l’extérieur pour son alimentation. “On sera capable de produire ce dont on a besoin”, se réjouit-elle.

“Revenir à la terre et la faire produire”, c’est donc le leitmotiv des autorités. Cela s’inscrit dans le cadre d’une série de réformes pour rendre l‘économie cubaine plus efficace. Pour autant, Raul Castro jure que cette redistribution des terrains ne remet pas en question -je cite – “la grande propriété d’Etat socialiste”.

Copyright © 2014 euronews