DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Violences conjugales: de nouvelles lois

Vous lisez:

Violences conjugales: de nouvelles lois

Taille du texte Aa Aa

C’est un projet qui pourrait fortement changer la loi sur les violences domestiques en Grande Bretagne. Jusqu‘à présent, les hommes qui tuaient leurs femmes pouvaient invoquer le harcèlement moral ou l’adultère dont ils auraient été victimes pour justifier leur acte devant la justice. Une défense que veut interdire le gouvernement.

Plusieurs campagnes de prévention ont été mises en oeuvre alors qu’une femme britannique sur 4 affirme avoir déjà subi des violences conjugales.

‘‘De nombreuses femmes sont tellement apeurées qu’elles pensent qu’elles ont meilleur temps de rester avec leur mari, analyse Harriet Harman. Elles pensent que si elles partent, il les retrouvera et que ce sera encore pire. Nous avons donc encore de nombreux progrès à faire. L’idée qu’un homme puisse battre sa femme au 21e siècle est inacceptable’‘, ajoute la ministre britannique des Femmes.

Kiranjit Ahluwalia symbolise les mauvais traitements dont les femmes peuvent être victimes mais aussi la complexité de ces affaires. En 1992, elle avait été acquittée après avoir été condamné à vie 3 ans plus tôt pour avoir tué son mari. Un homme qui la violait et lui imposait de terribles supplices au quotidien.

Le gouvernement a donc décidé d’axer son projet de loi sur un second versant. Il prévoit que les hommes et les femmes qui prouveront les persécutions conjugales dont ils ont été victimes seront plus écoutés par la justice. Leur souffrance devra être prise en compte dans le jugement du meurtre commis.

Le but est de rééquilibrer les jugements prononcés. Alors que plusieurs hommes ont eu des peines réduites en expliquant avoir été trompées par leurs femmes.