DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le régime chinois n'assouplit que légèrement sa censure

Vous lisez:

Le régime chinois n'assouplit que légèrement sa censure

Taille du texte Aa Aa

A 7 jours des Jeux Olympiques de Pékin, le tableau reste sombre pour les droits de la presse.
Le président chinois Hu Jintao a demandé ce vendredi le plus sérieusement du monde que les JO soient couverts objectivement par les média et qu’ils ne soient pas politisés.
Or, “c’est Pékin qui a politisé les Jeux en renforçant ses contrôles sur la presse et en arrêtant des dissidents”, disent des analystes.

“La porte de la Chine sur l’extérieur est toujours ouverte à la fois durant les Jeux olympiques et après, a promis Hu Jintao. Nous allons toujours accueillir les journalistes et reporters étrangers en Chine pour couvrir ce qui se passe ici.”

Des journalistes étrangers qui travaillent sans avoir accès à des sites jugés indésirables par Pékin : c’est peut-être ainsi que le régime chinois espère obtenir des reportages objectifs.
Après refusé d’assouplir sa censure sur internet, le régime chinois a levé partiellement son contrôle ce vendredi. Des sites de dissidents ou de groupes pro-tibétains n‘étaient cependant pas accessibles.

Autre priorité pour Pékin : la sécurité. A entendre ce touriste, il n’y a rien à craindre. “ Je n’ai pas de doute sur le fait que les sites des Jeux olympiques seront sûrs, dit-il. Il y a tellement de policiers, mais ils ne sont pas en première ligne. Ils sont partout mais ca n’a pas de conséquences sur vous, Ils sont partout mais vous vous sentez en sécurité.”

Pour ces Jeux olympiques, l’armée chinoise a déployé plus de 34 000 soldats, 121 avions et hélicoptères et 33 navires. Selon Pékin, les principales menaces proviennent de groupes séparatistes au Xinjiang ou au Tibet.