DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Une brèche dans la grande muraille informatique chinoise

Vous lisez:

Une brèche dans la grande muraille informatique chinoise

Taille du texte Aa Aa

Suite au tollé international provoqué par la censure de certains sites internet inaccessibles aux journalistes accrédités pour couvrir les jeux, le gouvernement chinois a fait marche arrière.

Chose rare, le président chinois lui même, a reçu un groupe de journalistes étrangers triés sur le volet.

Ils leur a rappelé que “les portes de la Chine étaient ouvertes sur l’extérieur, ouvertes aux reporters de tous horizons, que ce soit pendant ou après les jeux olympiques. Chacun était libre de parler de ce qui se passe en Chine” a-t-il ajouté.

Pekin a donc levé la censure sur plusieurs sites internet comme celui d’Amnesty International, ou Reporters sans frontières, mais continuait d’en bloquer beaucoup d’autres au principal centre de presse des JO.

La Chine a donc un peu à contre coeur décidé de calmer le jeu. Il est vrai que les JO vont attirer à partir du 8 août un nombre considérable de journalistes, et des millions de touristes du monde entier, et que tous ces visiteurs devraient sans doute faire marcher à plein le business de la capitale chinoise. Une des règles du commerce étant que le client est roi, il ne faut donc ni le contrarier ni l’effrayer.