DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un mauvais calcul de Saakachvili qui risque de coûter bien cher

Vous lisez:

Un mauvais calcul de Saakachvili qui risque de coûter bien cher

Taille du texte Aa Aa

C’est le jugement qui l’emporte chez de nombreux spécialistes du Caucase concernant l’attitude de la Géorgie et de son président Mikhaïl Saakachvili à l‘égard de l’Ossétie du Sud et de la Russie. Mikhaïl Saakachvili voulait restaurer l’intégrité territoriale de la Géorgie en reprenant le contrôle des provinces sécessionnistes d’Ossétie du Sud et d’Abkhazie. Mais pour la plupart des analystes, Saakachvili a sous-estimé la réaction des Russes et surestimé ses liens avec les Occidentaux.

Lors du sommet de l’Otan en avril dernier à Bucarest, les dirigeants de l’Alliance Atlantique s‘étaient déjà montrés divisés sur une candidature de Tbilissi en leur sein. Malgré le soutien de l’administration Bush, l’Alliance avait reporté l’examen de la candidature géorgienne lors de la prochaine réunion de l’Otan prévue en décembre. Mais l’offensive militaire râtée de la Géorgie en Ossétie du Sud pourrait avoir compromis ses chances de devenir membre de l’Otan du moins à moyen terme.

D’autres estiment que la Russie voulait défendre mordicus son ancienne zone d’influence de l‘époque soviétique notamment les routes du pétrole et du gaz qui lui permettent d’approvisionner en masse l’Union européenne, une donnée stratégique incontournable. Une manière aussi pour l’ex-président russe et premier ministre tout puissant, de s’opposer à Saakachvili avec lequel Vladimir Poutine entretient des relations notoirement exécrables depuis son arrivée en pouvoir après la révolution de la rose en 2003.

Il faut dire que aussi l’image de Saakachvili le pro-occidental porteur d’espoir et de réforme s’est depuis ternie notamment après la répression sans ménagement des manifestations de l’opposition géorgienne à la fin de l’année dernière. Même s’il bénéficie pour le moment des divisions de son opposition après avoir remporté la présidentielle anticipée en janvier dernier, le président géorgien apparait désormais très fragilisé.