DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'accord de paix remanié

Vous lisez:

L'accord de paix remanié

Taille du texte Aa Aa

Si elle a accepté le plan de paix préparé par l’Union européenne, la Géorgie a proposé un amendement à la première version présentée par Nicolas Sarkozy. Modification sur un point crucial : Tbilissi ne veut pas évoquer de nouveau statut pour ces 2 provinces séparatistes. Le point numéro 6 du plan de paix a donc été révisé de la manière suivante ‘‘Ouverture de discussions internationales sur les modalités de sécurité et de stabilité en Abkhazie et en Ossétie du Sud, a expliqué Nicolas Sarkozy. Nous retirons donc l’expression ‘futur statut’.’‘

Tbilissi ne veut pas entendre parler d’indépendance pour ce qu’elle considère comme des parties intégrantes de son état. L’Ossétie du Sud et L’Abkhazie ont autoproclamé leur indépendance au début des années 90, avant de se tourner vers Moscou. Leur statut est donc au coeur du conflit entre la Russie et la Géorgie.

Hier, Moscou a accepté la proposition d’amendement géorgienne. Pour son président, Dimitri Medvedev, cela ne change rien sur le fond. Car discuter de la sécurité de ces 2 entités est impossible sans évoquer leur statut. “Les Sud-Ossètes et les Abkhazes peuvent-ils, et veulent-ils vivre sous l’autorité de la Géorgie ? Ils devraient répondre eux-même à cette question, estime Dimitri Medvedev, le président russe. La législation internationale a permis l’autodétermination et l’apparition de nouvelles nations sur la carte ces dernières années. Rappelons nous par exemple du Kosovo”.

Une ligne suivie également par les séparatistes Ossètes et Abkhazes. Ils ont affirmé ce mercredi qu’ils refuseraient toute négociation avec Tbilissi.