DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Gori, Géorgie, une ville fantôme

Vous lisez:

Gori, Géorgie, une ville fantôme

Taille du texte Aa Aa

Alors que les troupes russes ont semble t-il quitté le centre ville, des pillards habillés en treillis militaire ont pris le relais. Impossible de savoir s’ils sont, russes ou georgiens. Quant aux centaines d’habitants qui étaient restés sur place malgré les combats, ils attendent toujours l’aide humanitaire venant de la capitale.

Les faubourgs de la ville sont par contre toujours occupés par les troupes russes. Des blindés surveillent encore les accès de la ville et d’autres sont cantonnés sur une base militaire géorgienne, proche de Gori, en attendant un ordre de repli.

Sur le plan humanitaire, le camp situé tout près de Tbilissi ne désemplit pas. Il accueille tous les réfugiés géorgiens qui ont fui les combats. Ils se comptent par milliers.